Tamara Ireland Stone – Dans chacun de mes mots

16229844_10210456243635713_123414144_o.jpg

J’ai voulu acheté ce livre après avoir arpenté de nombreux blogs. Sauf que je me suis rendue en librairie bien plus tard avec en tête le seul titre, sans même me rappeler véritablement de la trame principale. On m’a alors annoncé qu’il se trouvait à l’étage en dessous, au rayon jeunesse. Là pour le coup, j’étais étonnée. Pour moi, il était abordé un thème plutôt délicat comme le suicide (vous l’aurez compris, je confondais avec un autre livre, probablement « Tous nos jours parfaits »).

L’histoire : Quand j’ai donc commencé « Dans chacun de mes mots », avec la petite Sam très angoissée qui a peur de perdre son image de fille populaire, je me suis dit que j’allais laissé sa chance à ce livre mignonet. Ce roman est beau, mais ne me laissez plus lui attribuer un qualificatif comme mignonet, trop dégradant. L’histoire de Sam et de Caroline m’a touchée. Le refuge dans l’écriture doit très certainement parler à beaucoup de monde, mais ce qui m’a le plus parlé personnellement, c’est Sam.

 

Mon avis : J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire et je crois même que j’aurai souhaité qu’elle soit plus longue, pour en savoir davantage sur Caroline, AJ et les autres. Ce genre de romans est vraiment agréable à lire, mais j’ai remarqué que j’avais beaucoup moins écrit au cours de ma lecture que pour mes deux précédentes. Mais ce n’est pas un défaut, ça tient tout simplement au fait que cette fiction m’a donné moins à réfléchir malgré le thème tout autant intéressant qu’elle abordait. L’écriture de l’auteur est très fluide et agréable, je conseillerais « Dans chacun de mes mots » à n’importe qui.

 

Ce que j’ai aimé relever : En commençant ma lecture, j’ai forcément rapproché le personnage de Samantha à celui de Sheldon dans la série The Big Bang Theory. Son obsession du chiffre 3 ne pouvait que me faire penser à ce grand maniaque qui ne peut toquer à la porte que trois fois de suite, le tout en prononçant le nom du propriétaire toujours trois fois de suite. Bien sûr, la ressemblance s’arrête là puisque Sam vit très mal ses troubles. Et puis très vite, je me suis identifiée totalement à Sam. En refermant le livre, je n’ai pas eu l’impression d’avoir eu affaire à une jeune fille névrosée anormale comme elle tient à se décrire elle-même. Pour moi, Sam est seulement une fille qui réfléchit beaucoup trop, qui prend trop à cœur des choses qui n’en valent finalement peut-être pas la peine. Cette obsession de vouloir absolument dire ce que l’on pense que l’autre veut entendre, après l’avoir minutieusement observé.. N’est-ce pas arrivé à chacun d’entre nous au moins une fois ? Devant un ami qu’on a peur de blesser, ou un employeur qu’on souhaite convaincre. Mais n’agir qu’en fonction de ce qu’on pense que les autres attendent de nous, ça a de quoi rendre fou n’importe qui ! J’ai carrément relever un passage où Sam était gênée à la place d’une amie qui avait eu des paroles maladroites, c’est aberrant mais ça m’arrive bien souvent à moi aussi.

Il doit déjà être suffisamment difficile pour Sam de vivre avec des pensées obsédantes toute la journée, mais ce qui m’a vraiment affectée, c’est sa peur de révéler au monde qu’elle n’est pas normale. De mon point de vue, le véritable problème, c’est qu’elle le monde, la société fasse de ses particularités, des anomalies. Alors oui, pour elle, « se garer correctement » équivaut à pouvoir couper le moteur lorsque le dernier chiffre du compteur affiche un trois. Je refuse inconsciemment de monter des marches sans le faire sur la pointe des pieds. Qui a dit un jour qu’il faut se garer peu importe ce qu’affiche le compteur, ou encore qu’il faut monter les marches le talon au sol ? Ce sont des choses totalement futile et qui n’ont jamais nui à personne.

 

Quelques citations :

◊ Tu me conseilles de ne pas réfléchir ? dis-je en riant. Je ne fais que ça, réfléchir. Tout le temps. Au point qu’il me faut un traitement médical et que je vois une psy tous les mercredi. Je ne peux pas ne pas réfléchir, Caroline.
◊ Depuis, je suis dingue des mots. Surtout des paroles de chanson. Je ne fais pas qu’écouter la musique, je les étudie.


•Ma note : 15/20•

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ohh j’en entends pas mal parler et j’ai très envie de le lire ! J’espère qu’il me plaira 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Il se lit super vite, je te le conseille ! Tuu me diras si c’est le cas 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s