Michel Cymes – Hippocrate aux enfers

18049793_10211228679106117_1621975854_o.jpg

Faut-il vraiment que j’introduise ce témoignage ? Oui il le faut. Aussi délicat que soit le sujet, ce n’est pas une raison pour faire exception à mes habitudes de chronique. Il s’agit donc d’un ouvrage que j’ai emprunté à mon père parce que j’ai abandonné mon dernier roman qui ne m’a pas plu et que je n’avais pas le temps de retourner à la médiathèque. En pleine révisions, j’ai pas choisi la lecture la plus gaie, vous l’aurez deviné !

« La réalité est parfois trop abracadabrantesque pour nourrir la fiction »

L’histoire : Je n’ai ni envie de reprendre la quatrième de couverture (qui correspond à tout un passage du livre), ni envie de vous sortir mon propre résumé. Cette histoire-là, vous la connaissez tous aussi bien que moi. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a plus rien à découvrir, bien au contraire. Lisez donc cet ouvrage, et tous les autres afférents à cette sombre partie de l’Histoire humaine.

Mon avis : Je n’ai pas lu énormément de témoignage relatifs à la Seconde Guerre Mondiale, si ce n’est Le journal d’Anne Franck il y a fort longtemps, et Les Enfants de la liberté de Marc Lévy. Je n’ai pas forcément lu davantage de fictions sur ce sujet. Non pas que cette période n’attire pas plus que ça mon attention, mais étrangement, j’aurais plutôt tendance à regarder les documentaires télévisés sur la question (et ils sont nombreux!).

Je ne savais donc pas ce que j’attendais moi-même de ce livre-là. Et, plus qu’un témoignage, il est évident que cet ouvrage, le Docteur Michel Cymes avait besoin de l’écrire avant toute chose pour lui. Un accomplissement dans tous ses questionnements qui resteront malgré tout pour la plupart en suspens. Je n’en ai été que d’autant plus touchée par sa plume. Il est une personnalité qui me plaisait beaucoup avant de commencer cette lecture, avec son humour décalé qui donne du peps aux émissions qu’il anime. Cette touche d’humour se retrouve dans le livre, et le contraste avec la gravité du sujet traité est ainsi mise en valeur. C’est un humour juste et qui a tout à fait sa place au sein de ce témoignage qui ne perd rien de son poignant. Toutefois, comme il le rappelle honnêtement au commencement : il est médecin, pas historien. Il n’est pas là pour débattre objectivement, et il n’a pas peur d’employer le qualificatif d’ordure ou monstre à l’égard des personnages dépeints.

Les passages rudes sont toutefois présents, les frissons ont parcouru mon corps à plusieurs reprises et j’avais du mal parfois à croire ce que je lisais, à imaginer une telle cruauté chez l’Homme. Seules les atrocité des «  » »expériences scientifiques » » » sont retranscrites (j’ai volontairement abusé des guillemets, les opérations entreprises n’avaient rien de la définition d’une expérience). Pour autant, on peut lire cet ouvrage sans avoir des bases en médecine (même si j’avoue avoir rencontré beaucoup de notions inconnues pour l’étudiante en Droit que je suis).

Ce que j’ai aimé relever : (il va peut-être falloir que je réfléchisse sérieusement à renommer cette rubrique…)  Chaque chapitre est comme un focus sur chacun des expérimentateur, véritable médecin reconnu ou non. On commence par le situer par le milieu social de sa naissance, sa position vis-à-vis du nazisme et enfin ses expériences. Le Dr Cymes tient à débuter par cette description, pour se convaincre lui même que non, ces hommes n’étaient pas de piètres médecins qui aspiraient seulement à une glorification personnelle au travers de ces expériences. Le chapitre se clôture ensuite avec le devenir du personnage, à la chute du IIIe Reich. On en apprend tellement, si vous saviez. Dommage que je ne sois pas capable de retenir un seul de tous ces noms allemands, si ce n’est ceux de Hitler et Himmler, tristement plus célèbres.

Ce que je ne suis pas prête d’oublier en revanche, c’est l’après Nuremberg. Lorsque ma lecture touche à sa fin, je m’offusque d’apprendre l’existence autrefois d’un projet Paperclip, destiné à récupérer certains nazis et autres scientifiques allemands qui ont participé de près ou de loin à la Solution Finale ou à d’autres participations à l’extermination de masse. Nul besoin de préciser que cette fabuleuse idée est américaine, sortie d’une de leurs organisations malsaines style CIA. Pour anticiper une prochaine guerre mondiale qui devait arriver en 1952, d’après eux. Ce côté américain-là a beau m’excéder, figurez-vous qu’en l’espèce, la France et le Royaume-Unis n’étaient pas, eux non plus, en reste. On a pu fermé les yeux sur les faits de ces bourreaux, simplement parce qu’on comptaient sur eux pour des avancées scientifiques ? C’est inimaginable. Et pourtant, ça ne date que de quelques dizaines d’années.

 

« En fait, le seul domaine dans lequel les nazis ont permis une avancée est la mort »

Quelques citations :

◊ « Sous le charme, ce dernier obéit, prend du galon et perd son âme. »
◊ « La justice est représentée les yeux bandés, je me demande si, parfois, ça ne l’empêche pas de voir les criminels. »
◊ « A Auschwitz, le nom du Dr Mengele ne se prononçait pas, il se chuchotait. »

•Ma note : 15/20•

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. ogrimoire dit :

    Je ne connaissais pas du tout mais tu m’as donné envie…
    Et un livre de plus à acheter ! 😏

    Aimé par 1 personne

    1. Je m’excuse d’avance auprès de ton porte-monnaie alors haha 😁

      Aimé par 1 personne

  2. Je ne connaissais pas ce livre..
    Sinon, si tu veux un film sur cela il y a le medecin de famille qui parle de Mengele apres la guerre…

    Aimé par 1 personne

    1. Je te remercie pour l’info ! J’ai cru comprendre que le monsieur s’était offert de nouvelles vies, et pas des pires, en Argentine.. ca pourrait être intéressant d’en savoir plus en effet !

      Aimé par 2 personnes

  3. Très belle chronique. Merci du partage.

    J'aime

    1. Merci du commentaire 😁

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s