Jules Verne – Le tour du Monde en 80 jours

27650430_10213650600572640_1086088277_o

Je vous propose à tous de respirer tranquillement, de fermer les yeux… et d’imaginer que cet article est publié le 31 janvier, en accord avec le #ReadingClassicsChallenge2018 ! En tous cas, sachez que j’ai bel et bien fini ma lecture hier soir, sans faute ! (Oh et, fermons également les yeux sur le premier roman de l’auteur que j’avais choisi, De la Terre à la Lune, un échec cuisant).

 

La quatrième de couverturePhileas Fogg est un homme d’une ponctualité infaillible. Ce Londonien discret et fortuné a un emploi du temps immuable. On ne lui connaît qu’une occupation, le Reform-Club, et qu’un seul vice, le whist ! Ce portrait aurait pu en décourager plus d’un. Pas Jean Passe-Partout, son nouveau domestique français : enfin un maître sans histoire.
Mais, le jour même où il l’engage, Fogg parie qu’il réalisera le tour du monde en quatre-vingts jours pour prouver la véracité des calculs du Morning Chronicle ! Rendez-vous est pris. Toute l’Angleterre se passionne pour les exploits de ce gentleman. L’inspecteur Fix aussi, mais pour d’autres raisons : vingt mille livres sterling viennent d’être dérobées à la Bank of England et la description du voleur correspond à celle de Phileas Fogg.
Mais que ce soit en paquebot, en train, en yacht, en traîneau ou même à dos d’éléphant, notre duo fera tout pour revenir triomphant à Londres !

 

« Il ne voyageait pas, il décrivait une circonférence »

 

Mon avis : Bon, ben, j’ai découvert ce grand auteur qu’est Jules Verne. Et je pense que je n’irai pas plus loin avec lui. Non pas que l’expérience ne m’ait pas plu hein ! Seulement ce n’est pas du tout mon genre, et j’ai eu parfois du mal avec son écriture… Disons qu’il y a pas mal de paragraphes descriptifs que je sautais sans honte sur la fin. Les description par virgule comme ça, j’adhère vraiment pas, ça fait blablater pour blablater et atteindre un quota de description. Ce qui n’était certainement pas là le but de l’auteur, j’imagine bien ! Je vais pas, moi, gamine de 22 ans, critiquer objectivement un Classique pareil. Je donne juste mes impressions, ni plus ni moins.

Concernant l’histoire en elle-même, elle était bien mignonne. Cet audacieux tour du monde en 80 jours, malgré tous les incidents rencontrés.. c’était stylé, c’est clair. Et j’ai même beaucoup aimé Phileas Fogg, ce type hyper frigide et généreux que rien ne démonte. Mais les sentiments des personnages et leurs tourments ne sont pas la priorité de ce roman, ça coule de source.

Je ne me laisse pas démonter moi non plus, et continue ce Challenge sans hésitation en février !

 

Ce que j’ai aimé relever : Je rejoins une personne avec qui je me plais à échanger sur Instagram : les romans de Jules Verne feraient de merveilleux dessin animés d’aventure pour enfants et grands !

 

Quelques citations :

◊ Je suis d’un village où l’on ne mange pas de ce pain-là !
◊ _ Sommes-nous amis ? demanda Fix. _ Amis, non, répondit Passepartout. Alliés, oui, et sous bénéfice d’inventaire, car, à la moindre apparence de trahison, je vous tords le cou.
◊ On n’est pas Américain sans que la vue de soixante mille dollars vous cause une certaine émotion.

 


•Ma note : ♦♦◊◊◊•

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s