Philippe Besson – « Arrête avec tes mensonges »

♦♦

J’ai associé ma lecture à une musique. J’en ai écoutée toute une playlist en lisant, comme d’habitude. Mais une seule m’est restée, sans véritable explication, et je me sens obligée de la préciser, sans explication là encore : The Boxer – Simon & Garfunkel.

J’achète assez rarement les romans plébiscités sur instagram. Pas envie de faire comme tout le monde, mélangé à une certaine appréhension bien évidemment, redouter d’être déçue. Cela fait donc plusieurs mois que j’ai acheté « Arrête avec tes mensonges » en attendant que l’effervescence retombe pour pouvoir m’y plonger à mon tour. Je l’aperçois encore bien souvent sur quelques chouettes comptes que je suis, mais à ce moment-là, je me suis empêchée de lire les post, car je savais que je finirai par le lire incessamment sous peu. A mon tour donc, d’en parler.

 

La quatrième de couverture

Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter :  » Arrête avec tes mensonges.  » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd’hui, voilà que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

 

 

« Un jour, je peux dire quand exactement, je connais la date,a précision, un jour je me trouve dans le hall d’un hôtel, dans une ville de province,u hall qui fait office de bar également […] »

 

 

Mon avis

Je ne vais pas vous dire que ce fut un coup de coeur. Tout d’abord parce que ce n’est pas une expression qui me correspond. Ensuite, et surtout, parce qu’il s’agit de la vie de quelqu’un, de la réalité de celui qui ne prétendait qu’écrire de la fiction. Je suis donc incapable, je dirai même que je ne me sens pas légitime, d’employer une telle formule, ça me donnerai l’impression de m’approprier cette histoire. Pour autant, ce fut une lecture qui m’a particulièrement marquée, comme nombre avant moi, et nombre après moi.

Je sais pertinemment que je ne lirai pas d’autres ouvrages de l’auteur. Pas prochainement en tous cas. Tout simplement parce que ce n’est pas ce que je cherche dans mes lectures actuellement. Alors même que c’est écrit d’une façon qui m’a touchée directement. Ce roman-là fut en soi, une exception, et je le savais dès le départ. Je l’ai lu précisément pour son caractère autobiographique. J’aime l’idée que certains écrivains ont ce besoin de se raconter. J’aime encore plus l’idée de pouvoir en être un témoin.

 

Ce que j’ai aimé relever 

C’est marrant ces passages qui me font tant échos, alors même que l’auteur est de la génération de mes parents. Pourtant, j’ai moi aussi été « l’enfant hilare qu’on installe dans la cuve, pieds et jambes nus, pour fouler le raisin, pour faire craquer les grains« . Encore  un peu de moi quand je me rassure en découvrant qu’un aspect de ma personnalité « scelle ma différence. Ainsi, je ne ressemblerai pas à tous les autres« . Voilà, je suis typiquement en train de faire ce que je souhaitais m’interdire : m’approprier une part de son histoire.

 

 

Quelques citations

◊ Les gens de l’Education nationale devaient penser qu’il fallait nous protéger du présent, nous enfermer dans le passé, nous obliger à connaître nos classiques, à nous maintenir dans notre état de petits singes savants. 

◊ En fin de compte, l’amour n’a été possible que parce qu’il m’a vu non pas tel que j’étais, mais tel que j’allais devenir. 

◊ Car, tout de même, il y a l’intimité foudroyante entre nous, parfois, l’insurpassable proximité, mais l’ignorance le reste du temps, l’absolue séparation : une telle schizophrénie, avouez que ça peut venir à bout de la raison des plus équilibrés. Et je n’étais pas le plus équilibré. 

◊ Ou bien elle confond la jeunesse et le bonheur : c’est une confusion fréquente. 

 


•Ma note : pas pour les autobiographies, désolée•

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s