Ellen Klages – Passing Strange

♦♦

TA-DAAAM ! Je vous présente mon premier SP (n. m. : service presse, en gros, une maison d’édition m’a envoyé gratis son bouquin, dont j’ai validé le choix en aval, bien sûr, et je n’ai plus qu’à le lire et à donner mon avis. Elle est pas belle la vie ?) Alors un grand merci à ActuSF, et à Gaëlle (@MinutiaeBlue) pour cet envoi.

 

La quatrième de couverture

San Francisco, 1940. Six femmes, avocate, artiste ou scientifique, choisissent d’assumer librement leurs vies et leur homosexualité dans une société dominée par les hommes. Elles essayent de faire plier la ville des brumes par la force de leurs désirs… ou par celle de l’ori-kami. Mais en science comme en magie, il y a toujours un prix à payer quand la réalité reprend ses droits.

 

 

« Au dernier soir de sa vie, Helen Young rentra de chez son médecin et se prépara une tasse de thé. Comme elle s’y attendait, les nouvelles n’étaient pas bonnes ; il n’y avait plus rien à espérer. »

 

Mon avis

Il faut savoir qu’à la base, j’étais plutôt réticente à la proposition de Gaëlle, parce que j’avais la fâcheuse impression que ce que proposait la ME n’allait pas être mon genre. Et en effet, la magie, le fantasy, très peu pour moi. Mais elle a réussi à me pointer ce livre-ci, qui est une novella. La quatrième de couverture m’a obligée à y réfléchir à deux fois, et puis le format court m’a décidée : je ne risquais pas grand chose.

Au début, j’avais du mal à comprendre où on était sensé aller avec cette histoire. Ca se lisait, mais sans plus. Je n’ai pas eu d’attachement pour les personnages, mais ça ne m’a pas dérangée puisque je pense que ce n’est pas là le but de la novella. C’est dans les derniers chapitres que tout prend peu à peu sens. Ca n’a pas été un bouleversement total qui m’a fait adoré d’un coup ma lecture, mais il est vrai que ça m’a permis d’avoir un oeil nouveau dessus, et les pages ont tout à coup défilé de manière bien plus fluide, étrangement !

Je pense qu’avec la quatrième de couverture (je déteste les lire, mais quand on a que ça pour se faire une idée…), j’étais partie avec une idée fausse en tête : je m’attendais à un squad badass de jeunes femmes lesbiennes qui agissaient dans l’ombre pour vivre avec les droits qu’on leur niait injustement. Il y a un peu de ça, puisqu’elle sont obligées de vivre leurs relations dans l’ombre, mais j’ai du redescendre d’un cran : l’histoire est réaliste, et le badass a ses limites dans la vie réelle. Et puis, elles ont toutes de chouettes professions, à la frontière entre l’art et la science, donc ça comporte son lot de badassitude aussi.

Le message en fond m’a plu, même s’il reste un peu désolant : pour vivre heureux, vivons cachés. Alors, pour vivre leur bonheur, Emily et Haskel ont fait le choix de fuir à leur tour, d’une manière pour le moins originale et poétique. Il va de soi que je vous laisse découvrir cela par vous-même.

Pour ce qui est  du côté fantasy-magie… On m’avait dit ça vaaaa ça passe. Et en effet, ça  vaaaa c’est passé tranquille. Ca a donné le petit côté poétique dont j’ai parlé.

Pour conclure, j’ai bien aimé oui. Même si j’ai mis six plombes à finir ma lecture (mais ça, ça m’est propre, c’est pas forcément lié au livre). J’ai mis tellement de temps, que lorsque j’ai terminé cette histoire, j’ai été obligée de relire les premiers chapitres, puisque ceux-ci se déroulaient des années plus tard, et que j’avais forcément oublié entre temps ce que j’y avais lu. Oh et dans cette édition, vous avez également une encore plus petite nouvelle, Caligo Lane, qui fait un focus sur Franny et son art de l’ori-kami. Et aussi une petite interview faite par ActuSF auprès de l’autrice, c’est toujours agréable !

 

Ce que j’ai aimé relever

Je me rends compte que je connais très peu de choses sur les communautés LGBT. D’ailleurs, c’est la première hsitoire mettant en scène un couple lesbien que je lis, si je ne m’abuse. Bref, j’ai donc découvert les notions de « fems » et « butches ». J’ai eu l’impression que ce sont davantage des étiquettes qu’on cherche à coller, plutôt que des termes ayant une véritable utilité, mais bon, comme je le disais, mes connaissances sont bien limitées, alors je me trompe peut-être.

 


•Plaisir de lecture : 6,5/10•

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s