9 RomCom de confinement

♦♦

J’ai décidé qu’il fallait faire sortir ces lectures de l’ombre. Ce sont celles que j’ai dévorées durant le confinement, et pour lesquelles je ne fais pas de chronique car je ne les lis pas dans l’optique d’en discuter ensuite, je les lis pour mon plaisir personnel uniquement, le divertissement, les bienfaits qu’elles me procurent au moral.

Seulement, déjà c’est pas très sympa pour ces romans (et leurs autrices au passage) de ne pas bénéficier de la même lumière que d’autres romances ou ChickLit qui ont croisé ma route et bénéficié d’un article à part entière. Voire même d’éloges. Et puis, autre argument de taille : j’emploie ce blog à des fins personnelles, à commencer par le besoin de répertorier les bouquins lus, pour m’éviter de les oublier et de, qui sait, les relire par inadvertance. Ce serait tout à fait mon genre.

(Les anti-romances ou ChickLit clichées et toutes dégoulinantes, passez votre chemin pour cette fois.)

Bien évidemment, je vais procéder d’une manière inhabituelle : je vais évoquer rapidement chacune desdites lectures, en les classant non pas par chronologie, mais par plaisir de lecture. Du moins bon au meilleur, c’est le meilleur des cheminements, vous le savez tous aussi bien que moi. Alors, c’est parti !

 

9° – Austen Wentworth, de Brigid Coady

C’est une vérité universellement reconnue que travailler avec son ex est une très mauvaise idée…

Annie Elliot est loin de mener la vie dont elle avait toujours rêvé… Célibataire, la jeune femme est comptable, habite chez son père et doit supporter les piques constantes de ses proches. Pas très glamour, surtout quand on vit à Hollywood ! Lorsqu’elle parvient à devenir productrice sur une nouvelle adaptation d’Orgueil et Préjugés, Annie se dit que la chance lui sourit enfin. Un seul problème : son ex, Austen Wentworth, a décroché le rôle de Mr Darcy… Et alors que la vie d’Annie était au point mort, lui s’est hissé aux rangs de star de cinéma et d’homme le plus sexy au monde. Face à celui qu’elle tente d’oublier depuis dix ans, Annie se laissera-t-elle persuader de donner une seconde chance à l’amour ?

Une réécriture hilarante du roman de Jane Austen, Persuasion, qui séduira les fans de comédies romantiques !

Austen

 

Regardez-moi cette couverture, ce jeu de mot dans le titre… on partait plutôt bien non ? Et c’est loupé pour bibi (ça ne m’a pas empêcher par la suite de me noyer dans le monde d’Orgueil et Préjugés en enchaînant film + série avec grand plaisir. Mais ça, c’est une autre histoire…)

Je n’ai jamais lu Persuasion, j’aurai peut-être dû ? Peu importe, je suis passé à côté de cette histoire. Annie m’a fatiguée, à toujours adopter les choix de vie les plus pathétiques. C’était à se demander si elle avait vraiment envie d’en avoir une, de vie, ou si elle ne cherchait pas à juste passer à côté. Et puis, son Austen, j’ai attendu des signes de son intérêt toujours actuel pour elle. Ca n’arrive qu’à la fin, et ça fait un peu sorti de nulle part. Bref, pas emballée du tout… •4/10•

 

8° – L’Héritage des Langston, de Leïla Meacham

Ryan Langston a aidé Cara Martin lors de moments difficiles, et elle serait prête à tout pour lui, même maintenant, après son décès. Mais hériter de la part de Ryan du ranch familial, dans l’ouest du Texas, et devoir y vivre pendant un an ? Cara ne comprend pas ce que son ami avait en tête en lui léguant un tel bien. Cependant, elle ne supporte pas l’idée de lui refuser son dernier souhait, même si cela signifie de partager le toit de l’arrogant frère aîné de Ryan, Jeth.
Jeth Langston n’a aucune confiance en Cara. Qu’il soit damné s’il laisse cette étrangère récupérer l’héritage des Langston ! Quelles qu’en soient les conséquences, il est déterminé à renvoyer la jeune femme là d’où elle vient.
Mais alors que les jours rallongent et que le soleil se montre davantage, Cara ne peut s’empêcher de voir Jeth au-delà des apparences…

 

Ryan

Ca faisait un bail que je n’avais pas lu un bon vieux Harlequin d’époque (mais si, vous voyez bien, ces collections Azur, avec un beau Grec en couverture). Tout y était : le mâle dominant, la magnifique jeune vierge qui ignore l’effet qu’elle peut produire sur la gent masculine, la cohabitation forcée, et surtout, le revirement (attendu bien sûr, mais là encore, sorti du chapeau) avec déclaration d’amour d’un type qui ne semblait même pas vouloir toucher la demoiselle avec un bâton.

Spoil alert : ça ne m’avait pas manqué d’un poil. •5/10•

 

7° – Je déteste tellement t’aimer, Anna Premoli

Depuis sept ans qu’ils sont dans la même banque, Jennifer et Ian se détestent. Jusqu’au jour où ils sont obligés de travailler ensemble sur un projet important. Ian est le célibataire le plus en vue de Londres et, alors qu’ils sont au restaurant en train de parler boulot, ils sont épinglés par un paparazzi et leur photo se retrouve dans les journaux. Jennifer est furieuse. Mais Ian constate que cette photo a découragé une horde d’insupportables prétendantes. Du coup, il propose un marché à sa collègue : il lui laisse carte blanche pour leur projet de travail si elle accepte de jouer le rôle de sa petite amie. Facile ? Le défi risque de se révéler nettement plus compliqué que prévu !

déteste

 

Aïe la couverture. Elle me rappelle beaucoup trop celle des romans de Gilles Legardinier, couvertures qui me semblent d’un goût terriblement douteux.

Plus sérieusement, on est sur un schéma de collègues de boulot qui se détestent. Le genre qui fonctionne bien avec moi (j’en veux pour preuve le très bon roman placé en position n°2), sauf qu’ici, j’ai pas été transportée. Peut-être parce que je l’ai lu justement après n°2 ? Je ne sais pas, je me suis seulement trop peu attacher aux personnages et de ce fait à leur idylle qui naît, bon gré, mal gré. Et ce n’est pas forcément un tord de l’écriture de l’autrice, puisque ma dernière lecture est une autre de ses romances, que j’ai bien plus appréciée (n°3) ! •6/10•

 

6° – Je Peux très bien me passer de toi, de Marie Vareille

Chloé, 28 ans et parisienne jusqu’au bout des ongles, enchaîne les histoires d’amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme pendant six mois et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu. De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu… Réussiront-elles à tenir leur engagement ?

Vareille

 

On arrive sur ce que je retiendrai (enfin j’espère, je vous rappelle que ma mémoire, c’est pas trop ça) comme de bonnes lectures. J’avais déjà lu Marie Vareille auparavant, pas de chronique encore une fois, mais un post Instagram tout de même (c’était ma première lecture après mes oraux de concours, fallait marquer le coup). Je pense toutefois avoir davantage apprécier ce roman-ci. Et pas seulement parce que l’une des héroïnes se prénomme Chloé. Au contraire, y’avait trop de ressemblances en terme de prénoms entre son entourage et le mien ! Avec du recul, ma préférence est allée pour la petite Constance, et son histoire toute mignonne bien que dans l’ombre de celle de Chloé. •7/10•

 

5° – Tu fais quoi pour Noël ? Je t’évite !, de Juliette Bonte

Charlie déteste Blade, et Blade le lui rend bien. Elle a essayé de s’entendre avec ce grand brun – vraiment ! – mais entre eux, ça ne passe pas. Le problème, c’est que Blade est un ami de James, le nouveau petit copain de la meilleure amie de Charlie. Alors, autant dire que l’éviter est sans espoir car, si les filles ont la réputation de n’aller aux toilettes qu’à deux, les hommes, eux, sont visiblement incapables de boire une bière sans leurs homologues testostéronés. Mais, quand les soirées évoluent dangereusement vers un projet de vacances en groupe pour les fêtes de fin d’année, Charlie comprend qu’elle est fichue. Car, s’il y a une chose qu’elle déteste encore plus que Blade, c’est bien Noël. Et, si Blade l’apprend, il va tout faire pour que ce séjour en Laponie devienne son pire cauchemar.

jubonte

 

Une petite romance de saison donc. De nouveau sur une bonne haine de départ, sauf que là, ça ne manque pas de piquant (dans tous les sens du terme) et de coups bas. C’est assez jubilatoire, je n’aurais osé de telles machinations. Bref, on rit, on attend que la tension se transforme, et on est touché par la bande d’amis. Validé, mais j’ai l’impression qu’avec cette autrice, on ne prend pas trop de risques (j’avais encore plus aimé Mon ex, sa copine, mon faux mec et moi, dont je n’ai aucune trace écrite à vous proposez, vous vous en seriez doutés) •7,5/10•

 

 

4° – Hot Love Challenge ; Hot Love Disaster, de Cécile Chomin

Hot, comme Julien, alias mon boss terriblement sexy, qui est aussi l’être le plus odieux et le plus détestable du monde. Julien, qui m’oblige à le vouvoyer alors qu’on se connaît depuis l’époque où on était bourrés d’hormones et de boutons, et qui, accessoirement, est également l’heureux invité du mariage de ma meilleure amie Sophia.

Hot, comme Fabien ? à moins que ce soit Francis ? Impossible de retenir ce fichu prénom ! ?  le brun ténébreux, et accessoirement lieutenant de police, que je suis contrainte et forcée de suivre pour trouver l’inspiration pour mon prochain best seller (message à mon éditeur : je te hais). Absolument pas mon genre en temps normal, mais j’avoue que je ne suis pas insensible à son côté bad boy. Lui, par contre, ne peut pas sentir les femmes de caractère : ça promet.Love, comme la comédie que mon beau flic et moi nous apprêtons à jouer. Car Félix ? Florian ? ? souffre de la même malédiction que moi, à savoir : une mère atrocement pressée de le caser. Et puisque l’enquête nous oblige à migrer dans le sud familial pile à la période des fêtes, nous avons convenu de nous faire passer pour un couple.Disaster, parce que la vie, quand c’est compliqué, c’est tellement plus marrant ! Du coup, en plus de tout ça, il se trouve que j’ai parié avec ma meilleure amie Lydia et son mâle attitré que je ne coucherai pas avec Ferdinand ? Fabrice ? Je peux le faire, je peux tenir. Enfin… tant qu’il n’enlève pas son tee-shirt.

hot

Je n’ai pas lu le dernier tome de cette trilogie, car il poursuit l’histoire du premier couple et, bien que j’ai aimé leur histoire, ça ne me disait rien de poursuivre pour autant. Les petites saga où l’on retrouve les anciens personnages principaux dans un rôle de perso secondaires et inversement, ça me botte. Et forcément, il y a toujours une romance qu’on préfère aux autres, et là ma préférence portait sur la première. C’était simple, efficace, et facile pour s’identifier à Lydia (car oui, non seulement je lis des trucs mielleux, mais en plus je me permets l’affront de m’y identifier !) •8/10•

 

 

 

4° – Pas facile d’être une fille facile, de Anna Premoli

Jordan débarque à New York avec un plan bien précis: trouver un mari. Et pas le genre craquant mais sans un sou en poche. Un mari qui lui assurera la sécurité et la sérénité dont elle a tellement besoin. Après avoir passé en revue différentes professions, elle a décidé qu’il lui faut un médecin et décroche un job de serveuse dans une cafétéria pile en face d’un hôpital. Seulement voilà, alors qu’elle s’apprête à commencer sa première journée de travail, elle s’évanouit et reprend conscience dans les bras de Mr Wrong, un jeune médecin beau comme un dieu, et endetté jusqu’au cou.

 

facile

Je ne m’attendais plus vraiment à grand chose, et c’est peut-être ce qui a fait que ça a matché. J’ai vraiment beaucoup apprécié la relation entre Rory et Jordan, sorte d’amitié maladroite au début. J’aime qu’elle découvre la lecture grâce à lui, et si j’ai pu trouver ça un peu gros qu’elle accepte de débuter par de gros classiques dont Les Hauts de Hurlevent, cela m’a surtout fait prendre conscience d’une chose dans ma vie de lectrice : avoir une culture dans ce domaine peut fermer des voies, Jordan n’a pas eu peur de se lancer dans le roman de Brontë parce qu’elle ne s’attendait à rien de particulier. Le roman traite également du sujet du système de soins particulier aux USA (grossièrement bien sur, l’autrice s’en explique d’ailleurs dans une note après l’épilogue). •8,5/10•

 

2° – Meilleurs Ennemis, Sally Thorne

Le jour où Lucy rencontre son nouveau collègue, Joshua Templeman, elle n’en revient pas : il est à tomber ! Sauf qu’il ne lui faut pas plus de deux secondes pour découvrir qu’il est aussi froid, cynique, impitoyable… absolument détestable ! Alors, quand leurs chefs respectifs les mettent en concurrence pour une promotion, Lucy est prête à tout pour le battre. Car, si elle gagne, elle sera sa boss. S’il gagne… elle démissionnera. Autant dire qu’elle n’a pas le choix : elle doit gagner. Mais lorsque, un soir, dans l’ascenseur, ce traître de Josh l’embrasse fougueusement, elle est complètement déstabilisée. Se serait-elle trompée à son sujet depuis le début ? Ou est-ce une tactique de Josh pour lui faire perdre ses moyens ?

sally

Quel adorable duo ! La minuscule et pétillante Lucy, et l’immense et froid Joshua, je fonce direct (et là, c’est dur de ne pas s’identifier quand on fait soi-même un pauvre 1m53 et son chéri, 1m93…). Leur histoire et leur personnalité étaient parfaitement bien travaillés, c’était mignon au possible (bien loin de nos chers Harlequin collection Azur donc). Et moi, je n’attends plus qu’une chose : la sortie du film d’adaptation ! Ca promet. •9/10•

 

 

 

 

1° – A un détail près, de Kristan Higgins

Quand elle débarque pour deux mois à Manningsport, la petite ville des Finger Lakes où vit toute sa famille, Faith Holland a dans la poche une liste ambitieuse de projets :
– rénover la vieille grange du domaine familial de Blue Heron
– faire en sorte que la ville oublie, enfin, que son ex-fiancé l’a larguée devant l’autel le jour de leur mariage en faisant son coming out (un moment particulièrement bien choisi, non ?)
– trouver une nouvelle compagne à son père, lequel pourrait bien vouloir se remarier avec une femme cupide et d’un absolu mauvais goût (pour elle, le comble du chic est de porter une robe à imprimé léopard)
– régler ses comptes avec Levi Cooper, le copain ô combien attentionné qui a tout fait pour que son ex-fiancé clame son homosexualité devant la moitié de la ville…
Car pour Faith, une chose est sûre : rien, ni le sex-appeal affolant de Levi ni ses magnifiques yeux verts, ne viendra altérer la colère que suscite en elle celui qui, trois ans plus tôt, a fichu sa vie en l’air.

higgins

Et voici par quoi a commencé mon marathon de ChickLit de confinement ! En beauté donc, car cette lecture a été en tout point une réussite. Si le résumé me paraissait un peu gros, l’autrice a su amener le tout d’une manière on ne peut plus réaliste. Et, chaque détail, près ou non, a permis de faire de cette romance une réussite. Et clairement, ce qui m’a fait fondre, c’est le Golden Retriever de l’héroïne, qui accessoirement, lui est d’un certain secours en cas de crise d’épilepsie. Je ne sais pas trop quoi dire de plus qui pourrait retranscrire le pourquoi du comment, c’est le number 1, mais ce roman, je l’ai adoré. A tel point que j’ai quand même ressenti le besoin d’ouvrir mon vieux cahier de lecture papier pour en laisser une trace (car il n’était pas du tout prévu alors que cet article de blog ne voit le jour). •10/10•

 

 

Si ce genre de littérature vous parle, et que vous en avez qui vous viennent en tête en lisant l’article, surtout, partagez. Mon addiction ne s’est pas calmée avec le déconfinement.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Haha merci pour cet article qui assume la Chick lit 🙂 Comme ton top 3 m est familier, je me permets de te recommander Cultissime ou La proposition de Mariana Zapata. Des petits bijoux, drôles et avec tout ce qu il faut… Bonne soiree

    Aimé par 1 personne

    1. Merci a toi pour ton commentaire, et surtout tes recommandations ! Je ne connaissais aucun des deux, mais je compte bien rectifier ça 😁

      J'aime

    2. J’ai terminé Cultissime que j’ai vraiment beaucoup aimé, merci de la recommandation !! J’ai trouvé La Proposition dans la bibliothèque de ma mère, donc je me suis directement servie ! 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s