Michael Coleman – Filer droit

♦♦

Je suis enfin retournée à ma petite médiathèque de village. Encore une fois, j’en suis ressortie avec un Jeunesse. Ecrit par un certain Michael Coleman, lequel possède un homonyme violoniste de fin du XIXème. C’est en tous cas ce que j’ai découvert à partir de la rubrique « auteur » du site de la médiathèque, probablement remplie par un stagiaire de 3ème qui s’est contenté de faire un copier/coller de la page que lui offrait en premier Wikipédia.

La quatrième de couverture

Sur le fichier central de la police, Luke Reid s’est
vu attribuer trois lettres : JDM. Pour jeune Délinquant Multirécidiviste. A quinze ans, il traîne la moitié du temps dans la rue à la recherche d’une bonne affaire. Quelque chose à voler, qu’il pourrait garder ou bien revendre. Alors que Luke est sur un coup sympa, le vol d’une belle paire de baskets à l’arrière d’un 4×4, deux caïds le prennent par surprise, piquent le véhicule et tout dérape. Pour éviter la détention, Luke va devoir prendre un autre chemin. Un chemin finalement plus escarpé que celui de sa vie de petit voleur. Pour la première fois, quelqu’un va lui faire confiance. Elle s’appelle Jodi, elle est aveugle. Et pourtant elle voit, mieux que tous les autres. Surtout quand Luke est prêt à tout, même à se soumettre une dernière fois à la loi des caïds, pour la protéger du pire.

« Luke était un voleur. Sa règle de vie était simple et sans équivoque : quand il voyait quelque chose qui lui faisait envie, il le prenait. Et il avait envie de la plupart des choses qu’il voyait. »

Mon avis

Quel bonheur de relire un peu de Jeunesse ! Le dernier que j’ai lu était… un mauvais exemple, je l’avais lu gamine et c’est un réel trauma de tristesse. Sauf que son précédent est aussi une relecture avec une sorte bien différente de trauma : le trauma panique des Chair de poule. Je ne reviendrai pas sur le sujet. Filer Droit n’est pas de ceux-là. On retourne sur une petite histoire avec ce qu’il faut de côté sombre, avec une véritable lumière au bout. Pas de morts. Pas d’épouvantail qui… STOP on a dit qu’on laissait ces souvenirs derrière nous Chloé !

Laissez-moi vous parler un peu de Luke. Adolescent Londonien, d’origine très modeste avec une famille qui peine à restée unie. Un jour, il se fait prendre lors d’un vol. Avec toute son humilité, il visait juste la paire de basket sur la plage arrière d’un 4×4. Sauf qu’il se retrouve malgré lui embarqué dans l’affaire de vol du 4×4 lui-même. Enfin, malgré lui… on peut pas non plus sortir l’excuse du « au mauvais endroit au mauvais moment », c’est quand même notre coco qui a crocheté la serrure du 4×4 initialement. D’ailleurs, est-ce que c’est pas trop stylé ? Après tout, c’est un talent qui ne doit pas être donné à tout le monde. Bien sûr, ce serait un poil mieux si c’était un talent utilisé à meilleur escient… Bon là à chaud, j’ai pas d’idée de quelle genre de situations on peut bien utiliser pareil technique sans que ça s’apparente à un quelconque délit. Bref, retenons que c’est vraiment cool, et que ça me rappelle Tommy, l’une des 24 personnalités de Billy Miligan qui était ma préférée (et maintenant j’évoque des préférences dans les personnalités multiples des gens, mais plus rien ne va dans cet article, je suis en roue libre totale. Allez, j’essaie de me reprendre pour de bon cette fois).

Luke ne semble donc pas promis a un avenir des plus radieux. En l’occurence, il se fait coffrer. Et il risque d’être envoyé dans le centre de détention pour mineurs. Sauf à accepter un travail d’intérêt général pas comme les autres… Car au sein de la famille victime du vol, il y a Jodie, jeune adolescente qui est née aveugle. Et qui a des rêves à accomplir et pour lesquels elle doit nécessairement être accompagnée d’un guide. Ce guide, c’est elle qui le choisit : ce sera Luke.

J’ai trouvé cette histoire si chou. Mon coeur d’artichaut qui veut ça j’imagine. Surtout qu’en dépit de ce que le résumé laisse entendre, il n’y a pas réellement de romance entre nos deux zigotos. Après le bouquin, ça n’étonnerait pas un lecteur ou lectrice, mais au coeur du roman, niet. Ce sont juste deux ados qui apprennent l’un de l’autre. Alors forcément, Jodi fait ressortir le meilleur de Luke, pour autant, l’histoire est majoritairement accès sur la quête d’identité de Luke. C’est vraiment de lui dont il s’agit, et non pas de sa relation avec elle.

Je vous dis que c’est chou, mais en cours de route, j’ai quand même voulu jeter un oeil aux dernières pages afin de m’assurer qu’on allait bien sur un happy end. Non parce que moi je me méfie maintenant. Je suis pas venue pour lire des trucs qui tournent mal, je donne suffisamment avec la littérature adulte, merci bien. Je vous invite d’ailleurs à lire ma précédente chronique, sur un roman qui m’a un peu (beaucoup) bouleversée (j’ai vraiment l’impression de faire du placement de produit pour ma propre pomme, c’est vraiment ridicule. Mais je ne l’effacerai pas pour autant, mouhahaha)

Juste un détail, pour chipoter bien sûr, qui m’a fait bizarre. Viv, l’agent de probation de Luke, lui est d’un soutien très fort, on sent que ce type veut que Luke retrouve la bonne voie, sans passer par la case prison si possible. Sauf que, si on y réfléchit bien, sa profession devrait le pousser à souhaiter la même chose pour tous les jeunes non ? Bien évidemment, tout le monde n’est pas à mettre dans le même panier, blablabla, faut voir les délits en cause, blablabla. Il n’empêche, j’ai trouvé que se réjouir du mauvais sort d’autres jeunes, c’était moyen quand même. Ca faisait un peu trop manichéen, d’un côté les gentils jeunes qui méritent de s’en sortir, et de l’autre, les méchants. Puis ensuite je me suis souvenue que c’était un roman jeunesse qui se concentrait surtout sur Luke et sa propre rédemption, alors j’ai vite fait mis de côté ce détail (mis de côté, mais pas oublié. Jamais, c’est mon mantra).


•Mon plaisir de lecture : 8/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s