Mickaël Parisi – Friend Zone

22290832_10212699694840591_1860402940_o.jpg

 

C’est la première fois qu’un auteur me contacte de lui-même pour découvrir son nouveau roman, forcément que c’est flatteur ! Alors déjà, un merci à Mickaël Parisi.

 

Le résumé : « Thomas Grant est un détective privé, n’existant plus légalement aux yeux du monde, et offrant ses services sur le « Dark Web ». En plus d’être intolérant et misogyne, son addiction à l’alcool et aux armes à feu font de lui un être ingérable dans chaque situation impliquant un quelconque rapport social. Sa route va croiser celle d’Opaline, jeune fille Végan, dont le frère s’est retrouvé embrigadé dans une secte intitulée « Les trentenaires ». Persuadé de pouvoir sauver facilement le frère d’Opaline, Grant se lance dans une mission sauvetage sans plan et sans idée. Tout ne se passera évidemment pas comme prévu…

Que ce soit dans un bar en Thaïlande réservé aux fichés S, dans une boîte SM, dans un abattoir ou encore dans un village de chasseurs, « Friend Zone » spin-off de Néant du même auteur et OVNI de la rentrée littéraire 2017, vous mènera dans le grand n’importe quoi. A signaler également la présence du premier personnage végane de la littérature Française.

A signaler que le livre est offert gratuitement à toute personne s’appelant Opaline (mais évidemment il va falloir le prouver). De plus, le livre est réservé aux gens ouverts d’esprit. N’achetez surtout pas ce livre dans le cas contraire « 

 

Parfois, il peut arriver de se dire : je suis le pire déchet de l’humanité. Et puis, chaque jour, l’humain te rappelle que, tu as encore beaucoup de chose à apprendre.

 

Mon avis : Heureusement que j’ai bien pris le temps de lire ce résumé d’Amazon avant de me plonger dans cette lecture, car on ne vous ment pas : ça n’est pas pour tout le monde. Personnellement, j’adore les personnages de fiction comme Grant. Le genre détestable, vulgaire, aux paroles plus provocatrices les unes que les autres, mais qui, au fond, ne demanderait peut-être rien de plus que trouver sa place dans ce monde de fou.

Le vulgaire et un peu trash, ça ne me gêne franchement pas depuis que j’ai découvert le grand Bukowski. Mais c’est comme tout : ça ne peut pas plaire à tout le monde. Passez votre chemin si ça vous rébute trop. Non vraiment, passez-le, et en courrant ! Oh et si vous n’êtes pas non plus adepte des histoires What The Fuck, continuez de marcher. Et si vous êtes véganes… non vous pouvez lire ce livre. J’admire la communauté végane pour beaucoup de raison, donc j’espère que personne ne se sentira mal traitée par ce roman, avec un certain recul, on voit bien que TOUT est décalé dedans.

On ne m’enlèvera pas de la tête que notre auteur est un amoureux des mots. De la langue française. Ce livre est bourré de jeux de mots(-noprix), c’est un véritable régal pour les neurones!

Bref, un roman qui se déguste avec un verre d’alcool fort et un bon paquet de second degré.

 

Ce que j’ai aimé relever : Alors ce ne sera peut-être pas au goût de l’auteur mais… J’ai une petite comparaison à faire concernant le style d’écriture et de formule des phrase (les « con de tes morts » en moins, of course). Certains passages m’ont fait penser à une petite saga que j’ai lu adolescente, qui est juste divine, il s’agit du Journal de Georgia Nicholson écrit par Louise Rennison. Bien entendu, ce sont deux genres de lectures totalement distinctes, mais je vous assure que des tournures de phrases font penser au langage détonnant de cette chère Georgia. Et, venant de ma part, cette comparaison est à prendre comme compliment.

Pour ceux ayant déjà lu le premier roman de l’auteur, Néant (ce qui n’est pas mon cas), il y a quelques clins d’oeil dans ce second opus parait-il !

 

Quelques citations :

◊ Déjà on ne pointe pas du doigt. Cela me paraît très mal élevé et en plus, un doigt se coupe assez facilement.
◊ Le seul point faible de la mort est qu’il est impossible d’être présent pour la fêter. La vie est mal faite; la mort également.
◊ Quand les véganes auront réussi à éradiquer toute l’industrie de la viande, tu sais ce qui se passera ? Ben nous vous mangerons ! Nous mangerons l’intégralité de la communauté végane !!! Tellement sains, tellements croustillants, tellement moelleux, sûrement croquants en bouche… On rongera vos os et les barbecues seront encore plus festifs. Nous nous murgerons la gueule et nous chieront vos enfants. Et tout ça, SANS GLUTEN !

 


•Ma note : 14/20•

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s